« Viens, tu vas t’agrandir le coeur »

Nathan est un ancien responsable ayant selon lui “lâchement abandonné son unité pour aller voyager autour du monde”. Il a été louveteau, éclaireur, aîné, responsable et le voilà maintenant voyageur ! Il est sur le retour après plus d’un an de crapahutage à pieds, en stop et à vélo entre la France et l’Iran. Il prend enfin (et tranquillement) le chemin du retour, en espérant être là pour le prochain congrès !

2014 fut pour Nathan une année au cours de laquelle il s’est beaucoup investi chez les EEUdF : responsable à plein temps chez les louveteaux de Viroflay-Vélizy, il donnait également un coup de main dans la meute poitevine. En parallèle, il passait une bonne partie de son temps à planter des légumes dans les espaces verts de Poitiers et, à l’occasion, il allait aussi en cours de biologie à l’université. Grâce au mouvement, il a aussi pu passer son premier stage théorique du BAFA. “J’ai passé mon premier stage Bafa : un grand moment, comme toutes les formations”

Comme de nombreux responsables, il a vécu un mois de juillet “magique” selon lui lors de pour son deuxième camp. Et fin août… Il est allé au Congrès, au début sans trop savoir pourquoi et finalement :

“J’y suis allé par simple mouvement de foule, parce que tout le monde y allait et que ça semblait l’évidence même ! Je me suis donc retrouvé à Lusignan, un jour de fin août, sans attente particulière à part partager ma joie avec 400 personnes, sans idée du pourquoi à part savoir que et j’étais bien motivé pour profiter à fond de l’émulsion de ce rassemblement.”

Comment avait-il entendu parler de cet événement ? Lors des nombreux événements scouts de l’année : formation, Assemblée Générale, préparation des camps…

Lorsque nous avons demandé à Nathan de choisir un événement phare, il n’a pas pu s’empêcher d’évoquer l’incroyable, le magnifique, le superbe Grand Jeu j’ai nommé le très célèbre Phoques : The War.

“J’ai bien aimé le grand jeu , même si j’ai très vite oublié comment faire un phoque en origami. D’une manière générale, je trouve qu’en tant qu’adulte, on ne joue jamais assez. En parlant de jouer, je retiendrai aussi la découverte du théâtre forum, qui m’a émerveillé par sa façon de rechercher des solutions aux problèmes par le jeu et la coopération.”

Ainsi, Nathan ajoutait qu’il prenait un grand plaisir à voir notre mouvement s’ouvrir à une forme de militantisme plus cohérente, plus actuelle, plus en lien avec le territoire, s’étendant au-delà de l’éducation à la paix, la nature et la spiritualité pour aller embrasser les solutions qui se font ailleurs pour, finalement, les ramener à… l’éducation !

“Pour la première fois aux EEUdF, j’ai eu le sentiment de faire partie d’une mouvance globale, d’un ensemble d’initiatives allant toutes dans la même direction, et non plus comme un mouvement isolé.”

Maintenant, Nathan nous donne 3 raisons supplémentaires d’aller à un Congrès :

  1. Tu vas t’amuser. C’est un point important qu’on peut avoir tendance à oublier. Alors je sais, pas besoin d’un congrès pour s’amuser, tu peux aussi aller jouer au beach-volley avec tes potes sur la plage de Perpignan. Mais je pense que s’amuser, revoir de vieux amis et s’en faire de nouveaux, jouer au tarot avec tes potes du dernier stage Bafa, chanter, danser et courir pour échapper à des morues humanoïdes (ou des humains moruïdes ?), sourire tout le temps et rire aux éclats plusieurs fois par heure… tout ça est déjà une raison plus que suffisante de venir à un Congrès !

  1. Tu vas t’agrandir. Le coeur, l’esprit, les yeux, et l’avenir devant toi. En discutant, en partageant points de vue, expériences, opinions, idées, techniques, rêves, doutes, passions… tu repartiras avec en toi un peu de chaque rencontre que tu auras faite.
  1. C’est beaucoup mieux que d’aller à la maison de campagne de Tante Betty, même si elle cuisine de très bonnes tartes à la fraise.

Et pour terminer, notre voyageur nous propose un défi transport pour choisir comment venir au Congrès :

“Il y a le Congrès, et puis il y a les jours avant, et les jours après. Alors pourquoi ne pas en profiter pour venir ou repartir à pieds, à vélo, en stop, en chameau, en péniche ou en montgolfière ? Ca rendra l’expérience encore plus incroyable ! Et quel que soit le moyen utilisé… bon Congrès à tous !”