Des règles de vie qui répondent à nos besoins

    Lien RO

  • Éduquons à la paix et à la fraternité

    Lien PAN

  • Assumons notre rôle d'éducateurs
  • Éduquons par l'action
  • Enrichissons-nous de nos différences

    Outils MSU

  • Vie en équipe
  • Engagement sur des valeurs

    Âges

  • Louvettes et louveteaux
  • Vieux loups
  • Éclaireuses et éclaireurs
  • Guilde
  • Aînés
  • Responsable et cadres
Particularités de cette action La charte (ou les règles de vie) deviennent un vrai outil d’autonomisation des enfants, et non un simple simulacre de démocratie visant à manipuler les enfants pour leur faire mieux respecter les règles des adultes.
Définitions / Informations Les règles édictés par les enfants (« charte » en BC et jusqu’à récemment en BM « règles de vie » en BA et bientôt en BM) viennent en complément des règles édictés par les adultes (cadre). Avant de se mettre d’accord sur les règles, on met d’abord en commun les besoins fondamentaux que les enfants ont et qu’ils veulent voir satisfaits sur le séjour. L’instance décisionnaire appartenant aux enfants, en charge d’édicter des règles s’appelle le « conseil ». Celui-ci doit se réunir réguilèrement pour pouvoir les faire évoluer. Ci-après j’utilise le mot « charte » pour désigner les règles édicter par les enfants sans disctinction de tranche d’âge.
Renseignements complémentaires Ce sont les resps qui sont garant du cadre. Si on ne doit pas jouer à lancer son couteau, l’interdiction doit venir des resps. Pas de la charte. La charte rassemble les règles que les enfants ressentent le besoin d’édicter pour la qualité de leur vivre ensemble.  ex : Si chez les petits pirates il est précieux de manger chaud pendant que d’autre moussaillons font les quarts, alors on peut écrire dans notre charte qu’on commence à manger dès lors qu’on est servi et que nos 2 voisins sont servis (et non quand toute la table a été servi, qu’on a chanté, criré et que c’est froid).  Cette règle, ce n’est PAS aux responsables de l’édicter (ni dans un sens ni dans l’autre). – Il n’y a donc AUCUNE appropriation dans une vraie charte. mais une CREATION de règle pour réguler un vivre ensemble, et se forger une identité. – Si un enfant propose d’écrire dans la charte « On ne doit pas jouer avec son couteau » (avec un regard d’ange vers son responsable favori), on peut lui répondre que cette règle est déjà ECRITE par les responsables sur le « réglement du camp », et n’a pas besoin d’être ajoutée dans la charte.
Marche à suivre Partir des besoins des enfants, en posant la question : de quoi avez-vous besoin pour être bien à ce camp / cette année aux éclais / dans l’équipe / etc. ?
On liste alors les besoins exprimés par les enfants : jouer avec mes amis, me défouler, avoir du calme, manger, dormir, penser à ma famille, etc.
Puis on voit ensemble comment répondre à ces besoins : un temps calme, du courrier, une organisation pour les repas, etc.
Cette approche est libératrice puisqu’on ne part pas d’interdits ou de règles effectivement pré-établies. Elle a le mérite de mieux faire comprendre le sens de la charte. Elle permet aussi aux responsables de bien comprendre le besoin des enfants et de mettre en place les organisations qui y répondent.Mais au final, n’arrivera-t-on pas au même résultat ? Exemple : j’ai besoin de dormir. Et pour dormir : « je dois respecter le sommeil des autres ».

Même résultat, mais pas même sens, déjà.
Et pas même résultat d’ailleurs :

ex :
– J’ai besoin de dormir plus tard le matin / de dormir plus tôt le soir => on sépare 2 marab lève tot / lève tard
– j’ai besoin de dormir => je veux pas qu’on bouscule mon lit de camp en sortant => on laisse libre l’allée centrale du marab
– j’ai besoin de dormir / le bruit me réveille => on chuchote si on a un truc à dire à son voisin.
– j’ai besoin de m’endormir / j’ai peur du noir ->  j’ai besoin de rigoler avec mes copains pour apprivoiser la situation => on a le droit de se raconter des histoires pendant 15-30 min avant le silence complet.

NB : « respecter le sommeil des autres » en vrai, ça ne veut pas dire grand chose au final, si ?

Vous devez être connecté pour mettre en place cette action. Se connecter

Vous devez être connecté pour mettre en place cette action. Se connecter